Jeudi 31 juillet 2014 4 31 /07 /Juil /2014 15:25

 

Nous avions dans un premier temps proposé au Personnel, de continuer leur travail dans la nouvelle structure du CLAP’S.

Lors de notre première rencontre, M. CARPENTIER qui les accompagnait, leur a  surtout fait valoir qu’elles avaient des droits et devaient toucher une prime de licenciement pour leur sortie du CCJ.

Pour ma part, je leur ai dit que puisqu’elles quittaient un travail le vendredi pour en reprendre un autre le lundi, cette transition devait se faire en direct, mais qu’en tout état de cause ceci ne concernait que le CCJ, leur employeur actuel.

Elles sont venues préparer la reprise du CLAP’S avec M. PEREIRA et je les ai remerciées, mais, des tensions sont apparues et l’une d’entre elles, n’est d’ailleurs pas revenue (pour cause de vacances).

Nous avons donc décidé de leur demander de commencer par un CDD de six mois, comme cela se fait dans toute commune. Six mois non renouvelables à l’issue desquels elles entreraient en période de stagiairisation durant un an comme la loi l’exige avant d’intégrer la fonction publique territoriale JUSQU’À LEUR RETRAITE!!!

 Le 27 juin, 8 jours avant l’ouverture du CLAP’S, elles nous ont informé qu’elles ne seraient pas disponibles la première semaine (pour solder leur engagement au CCJ).

Le soir même, nous commencions à recruter 4 personnes pour les remplacer, pour une durée de huit jours, avant leur arrivée au CLAP’S, le 15 juillet.

Le 1er juillet, nous les avons rencontrées à la Mairie.

L’une d’entre elles, nous a annoncé qu’elle reprendrait son travail le 1er septembre 2014, une autre, au 1er janvier 2015 … Parce que leurs droits le leur permettaient!

Il est vrai qu’un dialogue de sourd s’est établi, M. CARPENTIER était présent en tant que "représentant syndical". Elles finiront par quitter la salle en refusant toutes propositions de travail, allant jusqu’à affirmer préférer signer un contrat contractuel (à durée déterminée) pour une autre commune!

Je leur ai dit que dans une semaine, elles viendraient pleurer pour travailler, mais elles ont persisté en nous disant qu’elles ne voulaient plus travailler avec nous.

Nous avons donc immédiatement commencé un nouveau recrutement pour le personnel nécessaire et diplômé pour assurer l’accueil des enfants durant l’été, en remplacement de ces dernières.

Le soir, lors de la réunion d’informations sur l’ouverture du CLAP’S, elles se sont permises de perturber la réunion devant les parents qui attendaient de voir un accueil de loisirs serein, pour recevoir leurs enfants.

Un médiateur nous a proposé de leur laisser jusqu’au lendemain 10h, pour qu’elles réfléchissent.

Le jeudi midi, aucun contact, nous avons donc tranché définitivement la question les concernant.

Nous étions le jeudi 3 juillet et le CLAP’S devait ouvrir le lundi 7 juillet.

Bien entendu, elles sont revenues après plusieurs jours, pour nous demander de nous entretenir de nouveau, mais, « il faut prendre le train quand il passe ». Notre devoir est d’être sérieux et d’assurer le service publique dans les meilleures conditions pour les bénéficiaires: les ENFANTS et les FAMILLES!

Il est évident, que ce personnel a été conseillé par des personnes qui ne voulaient qu’une seule chose, voir le CLAP’S  resté fermé pour marquer un échec de la nouvelle équipe municipale.

Dans ces négociations, nous avons fait d’énormes efforts pour les maintenir en place, et le personnel du secrétariat de la Mairie pourrait vous le confirmer. Nous avons joué le jeu de la justice sociale jusqu’au bout,et  malgré les difficultés auxquelles nous avions à faire face:

- Les entraves successives à la sérénité de la continuité de l ’accueil périscolaire de la part de l ’association. visite des locaux et inventaire sans cesse retardés, changements de dernière minute de remise des clefs tec…)

- Les changement de date successifs de disposition de ces dames pour intégrer leur poste.

Malgré tout cela, jusqu’à leur refus définitif, nous avons tout fait pour pallier à ces obstacles dans l’intérêt de ces personnes. Seulement l’INTERET le plus important à considérer reste celui des enfants et des familles et quand malgré notre patience et volonté nous restons les SEULS à le considérer avec sérieux comme il se doit, il est de notre responsabilité de trancher en sa faveur!

Je considère malheureusement cet incident, clos, en sachant que des personnes de Sérifontaine avaient du travail à leur porte, et que la volonté de certains, de jouer un troisième tour municipal, a  joué un rôle important dans la perte de leur travail.

Patrick Thibaut

Par Patrick THIBAUT
Voir les 0 commentaires
Jeudi 15 mai 2014 4 15 /05 /Mai /2014 15:15

                                                                                                                          Sérifontaine, le 14 Mai 2014

 

  L’EQUIPE DE SERIFONTAINE POUR TOUS

Bonjour à tous,

Cela fait 6 semaines que vous nous avez confié, avec une large majorité, la gestion de la Mairie Il est urgent et sage de faire « l’état des lieux » des finances début avril 2014,  et de le communiquer.

Cette situation est indiscutable,en comptabilisantles3 comptes de la commune 2013 (eau, ZAC de Frier et la commune)+  les restesàréaliser de chaque compte :

 Il apparait un DEFICIT de750.000 €.

C’est ce constatqui nous impose la demande d’un prêt d’un million d’€uros pour ramener les finances de la commune à un niveau juste acceptable.

Sur le bureau du Maire, il restait aussi la commande d’une station d’épuration pour 4.2 millions d’€uros, sans 1 centime d’avance pour la financer.                                                           

C’est pour cela, qu’il nous a fallu opérer une hausse du prix de l’eau, qui nous permettra juste d’équilibrer les comptes pour rembourser les 3 millions d’€uros que nous devrons emprunter pour cet investissement qu’avait commandé Mr Grousset et son équipe. 

 

Pour nous compliquer la tâche, j’ajouterai que Mr Grousset s’était permis de faire une proposition pour l’achat d’un terrain, nécessaire à la réalisation de cettestation d’épuration, sur une base de 4 X le prix réel !

Vous comprendrez le problème  que nous rencontrons aujourd’hui  pour négocier cet achat à des personnes, à qui, il avait promis la lune !

 

En ce qui concerne le Club des jeunes, nous avons un différend sur leur façon de gérer, qui représente un gaspillage de subventions municipales de l’ordre de 20.000€ par an.

J’ai rencontré différents responsables du club notamment des membres du bureau et une salariée.

 Face à leur blocage, nous sommes obligésde supprimer toutes leurs subventions.

Attention, soyez rassurés, nous nous engageons à reprendre la totalité des activités du club sous une structure communale tout en préservant  les emplois actuels.

 

Dans la gestion du matériel communal, vous devez savoir que nous avons rendu un camion loué par Mr Grousset depuis le 5 septembre 2013 sur la base de 100 € par jour ouvrable !!!

Il a coûté 20.000€ de location alors que nous l’avons remplacé par un achat d’occasionà 5.500€.

Nous prévoyons de vendre la nacelle cette semaine pour sortir d’un contrat sur 3 ans avec un prix mensuel de 1080 € TTC.

Il nous reste à régler un gros problème Téléphonique car la facture globale était :

En 2012 de 23000€

En 2013 de 38 000€

Et si nous ne faisons rien nous finirons en 2014 à  60 000€ !

Face à tous ces faits, chaque  membre du conseil municipal se doit d’être compétent et vigilant.

A chacun de prendre ses responsabilités ; une démission peut s’imposer.

L’équipe de Sérifontaine pour tous

Par Patrick THIBAUT
Voir les 0 commentaires
Vendredi 11 avril 2014 5 11 /04 /Avr /2014 22:03

Fermeture d'une classe de primaire à Sérifontaine

Après une tentative de réforme des rythmes scolaires, bancale et à peine étudiée, qui résonne en terme d'application davantage comme une démission partielle de l'Education Nationale, pour ne pas dire une privatisation de l'instruction de nos enfants, ce sont les fermetures de classe qui se multiplient pour la rentrée prochaine.

Mardi soir dernier, alors que nous rencontrions l'ensemble du corps professoral de Sérifontaine pour une présentation mutuelle, et l'exposition de notre ligne de conduite envisagée en matière d'éducation, d'ouverture sur le monde et de culture pour notre jeunesse sérifontainoise, la nouvelle tombe: c'est officiel, une classe de notre école primaire sera supprimée à la rentrée de septembre 2014.

Ce qui a motivé le rectorat, en haut lieu loin de la réalité de la vie scolaire que nous connaissons, ce n'est pas l'intérêt éducatif ni pédogogique pour nos enfants bien entendu, mais le manque considérable d'enseignants face auquel nos gouvernements ne réagissent définitivement pas. C'est cela qui pousse aujourd'hui nos hauts administrateurs de l'Education Nationale a oser prétendre qu'une moyenne de 27 élèves par classe constitue un confort raisonnable et suffisant d'apprentissage et d'enseignement.

Pour information, ce réaménagement en vertu de simples statistiques nées de restrictions en totale contradiction avec les besoins réels de nos enfants, engendreront entre autre, suivant une répartition sur 13 classes au lieu de 14, un CM2 à 31 élèves et un CM1/CM2 tout aussi surchargé!

Nous ne pouvons bien entendu que réagir avec force et conviction face à cet abandon caractérisé des mesures promises pour l'améloration de notre système éducatif.

Côté enseignants, nous pouvons affirmer, pour avoir d'ors et déjà communiqué et étudié ensemble, notamment un panel de solutions envisageables pour contrecarrer les stastiques pour l'heure en notre défafaveur, qu'ils sont tous, toutes écoles confondues, activement à nos côtés contre cette décision inadmissible.

Côté délégués de parents d'élèves, ayant eu l'occasion d'en rencontrer un certain nombre jeudi en mairie de Sérifontaine, lors de l'analyse des réponses aux questionnaires sur la réforme des rythmes scolaires, et ayant dès lors commencé à diffuser l'information, il apparaît que leur engagement est sans faille et leur soutien à fédérer chacun d'entre vous autour de cette cause est acquis. 

Côté Mairie, en plus de notre intérêt, notre quête d'information, et notre travail sur le sujet depuis mardi, en collaboration avec l'ensemble des acteurs pédagogiques précédemment cités, nous nous engageons tant que les portes ne nous seront pas fermement et défitivement vérouillées, à faire entendre notre voix contre cette décision déplorable pour nos jeunes sérifontainois.

Concrètement, si nous nous en tenons aux statistiques, il nous faudrait une bonne vingtaine d'inscriptions en primaire d'ici à la rentrée prochaine, pour pouvoir prétendre à la réouverture de la 14ème classe pour l'heure supprimée, après comptage en septembre au sein des écoles par l'inspection académique.

De ce côté l'académie refuse de tenir compte de la construction des nouveaux logements dont l'achèvement est pourtant prévu en cours d'année scolaire prochaine. D'autre part sachant qu'une classe de primaire se voit également suprimée sur le pôle scolaire de Lalande-en-Son/Puiseux, que cela pourrait engendrer une surcharge du même ordre que chez nous au sein des classes restantes, et que notre commune constitue déjà une attraction particulière pour les parents de ces communes compte tenu de nos services parascolaires, un développement des acceptations de dérrogations a été envisagé. Cette option ne constituant aucune certitude, ni quant à rassembler un nombre suffisant d'inscrits, ni quant à la réouverture de la classe supprimée, et constituant en outre le risque de surcharger encore davantage nos 13 classes restantes ce projet est pour l'heure abandonné.

Ce sont donc nos arguments de taille et la revendication que l'intérêt et la considération des besoins réels de nos élèves sérifontainois doivent prévaloir, qui doivent à l'unisson et avec force être entendus et considérés.

Outre l'évidence que des classes de 28 à 31 élèves constituent un handicap majeur aux apprentissages dans un objetif efficace et serein, la situation scolaire de notre commune, parfaitement connue des administrations académiques pour avoir été révélée par leurs études pédagogiques, constitue le plus irréfutable de ces arguments. En effet, ces différentes études révèlent une concentration importante d'élèves en difficulté particulière et/ou ayant des besoins pédagogiques ou spécialisés particuliers. Pour clarifier, si nous devions considérer notre seule commune, nous serions classé ZEP (Zone d'Education Prioritaire), ce qui nous octroierait davantage de souplesse quant à l'attribution de professeurs en nombre nécessaire. Or, la classification ZEP, se fait par rapport aux collèges et Lycées d'où dépendent les écoles primaires. Sérifontaine dépendant de Gisors en dépis d'une appartenance à la communauté de communes du Pays de Bray, Gisors n'étant pas classé ZEP, nous voilà quand cela arrange d'un point de vue statistique, une zone d'éducation sans besoins spécifiques opposables.

Nous voyons bien tous les paradoxes exaspérants de notre Education Nationale française, et, quoi qu'à notre échelle ayant peu de pouvoirs directs pour infléchir ces décisions et ces démissions, nous devons partout où ces failles déstabilisent le parcours scolaire de nos enfants, et tous ensemble ici à Sérifontaine, continuer à tâcher de faire entendre raison a nos décideurs désengagés.

 

Par Sérifontaine pour tous
Voir les 0 commentaires
Lundi 7 avril 2014 1 07 /04 /Avr /2014 13:08

COUD cm serif majCOUD serif public

 

Vendredi 4 Avril 2014 se tenait le premier conseil municipal de l'équipe nouvellement investie.

Une équipe mixte donc, en vertu de la nouvelle législation, 18 membres de la liste Sérifontaine-Pour-Tous et 5 membres de la liste Démocratique d'Union Ouvrière: René GROUSSET, Annie BOUCHE, Thierry PINEL, Christine DARTRIL, et Jean-Marc CARPENTIER.

 

A l'ordre du jour, l'élection des délégués parmi les membres du conseil aux divers organismes, commissions communales, commission d'appel d'offre et caisse des écoles.

 

Puis les votes traditionnels d'investiture: les 24 délégations consenties par le conseil municipal au Maire, la délégation de fonction aux adjoints et conseillers, la délégation de signature, et les indemnités de fonction allouées au maire, aux adjoints et conseillers municipaux titulaires de délégation.

 

C'est ensuite Patrick THIBAUT qui a ouvert le chapitre des affaires diverses et exposé les temps forts de sa première semaine de fonction (voir article L'Installation). Puis Jean-Claude CARBONNIER nous a présenté les dispositions envisagées pour le repas du premier Mai traditionnel pour nos anciens, projet qui a été approuvé à la majorité absolue.Cyrille LADENT a soumis l'acceptation d'un devis pour l'achat de matériel communal destiné à l'entretien des espaces extérieurs, qui a été approuvé suivant le même suffrage.

 

Enfin, Alice-Sophie VALOGNE a résumé l'ensemble des actions menées lors de cette première semaine et celles envisagées pour les semaines à venir qui vous seront exposées précisemment dans la publication très prochaine du compte rendu du conseil.

 

Ce premier conseil municipal s'est déroulé dans la plus grande sérénité et nous nous en réjouissons.

 

Nous vous remercions d'être venus si nombreux assister à cette séance, et espérons de tout coeur que votre intérêt pour les affaires et la vie de notre commune perdurera longtemps encore, au travers d'une implication constructive et d'une communication mutuelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Patrick THIBAUT
Voir les 0 commentaires
Dimanche 6 avril 2014 7 06 /04 /Avr /2014 18:49

Lundi 31 Mars, l'installation tant attendue de notre nouvelle équipe municipale se concrétisait dans les locaux de notre Mairie.

 

S'amorçaient dès lors les premières prérogatives ainsi que la rencontre de nos principaux collaborateurs.

 

Nous tenons à remercier sincèrement l'ensemble du personnel communal pour son accueil cordial, chaleureux et constructif, ainsi que son soutien en ces premiers moments de gestion communale.

 

Une semaine fort riche se profilait alors pour notre nouvelle équipe.

  DSC 0010

 

Les temps forts de la première semaine de Maire de Patrick Thibaut

 

Première prise de contact, présentation et état des lieux avec le personnel communal technique extérieur, ainsi que le personnel administratif en mission au sein de la mairie.

 

Premier bilan financier et budgétaire de la commune avec le personnel administratif et la trésorerie de Sérifontaine.

 

Rencontre de monsieur Agostini fabriquant de parpaings, susceptible il y a quelques mois d'installer un pôle de son entreprise sur une portion du site de l'ancienne usine Tréfimétaux. Ce projet est finalement abandonné par l'entreprenneur, ayant été contraint apparemment par le calendrier à trouver un site plus urgemment que l'échéance des élections municipales.

 

Rencontre avec madame Ramos de la société ADTO pour faire bilan détaillé quant au projet de construction de la nouvelle station d'épuration de Sérifontaine.

 

Rencontre de madame Bellou du Crédit Agricole de Picardie, principal financier pour notre commune.

 

Rencontre avec l'entreprise Verdi Ingenierie Diagnostic de l'eau afin de résoudre bon nombre des problèmes de fuite recencés sur le circuit de l'eau communale.

 

Rendez-vous avec les directeurs de cabinet de monsieur Rome, Président du conseil général, pour un bilan des subventions envisageables en relation avec la construction de la zone de Frier et les modalités d'obtention. 

 

Cette première semaine de travail s'est conclue par le premier conseil municipal de l'équipe nouvellement élue.

 

 

Par Patrick THIBAUT
Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés